Les programmes et vous, du quiz politique au newsgame

C’est maintenant devenu un passage obligé : à chaque élection présidentielle, nombreux sont les sites d’information qui proposent à leurs lecteurs un quiz pour déterminer de quel programme, et donc de quel candidat, ils se rapprochent le plus. Lemonde.fr s’était par exemple déjà soumis à l’exercice en 2007, avec De quel programme êtes-vous le plus proche ?

En tant que concepteur de newsgames, j’ai pour le quiz un sentiment ambivalent. D’un côté, je reconnais bien volontiers son efficacité : c’est une forme à la fois ludique et simple à mettre en oeuvre, et même si elle implique parfois une simplification outrancière des problématiques, elle permet aussi d' »accrocher » l’attention des lecteurs sur des sujets d’habitude pas forcément très abordables (le contenu des programmes électoraux étant un bon exemple).

Mais le revers de la médaille est justement qu’un quiz n’est pas une forme de jeu très expressive en soi : on peut en faire sur tout et n’importe quoi, et en jouant sur les règles de calcul, leur faire dire n’importe quoi aussi. Enfin, je suis personnellement lassé des quiz simples, et je pense que la majorité des lecteurs de presse le sera aussi bientôt, si ce n’est pas déjà fait.

J’ai donc proposé au Monde.fr, à l’occasion de l’élection présidentielle de cette année, un projet un peu différent, qui a encore évolué au fil de son développement.

Les Programmes et vous
« Les Programmes et vous », version 2012

L’idée de départ était simple : là où, habituellement, les quiz, tests et autres vous proposent seulement de vous situer personnellement sur une question, je souhaitais concevoir une application qui amène l’utilisateur à s’interroger non seulement sur sa position, mais aussi sur celle des personnes l’entourant – en l’occurence, la communauté des lecteurs du Monde.fr.

Cet objectif en tête, « Les Programmes et vous » s’est donc déroulé en deux temps.

Il a d’abord fonctionné comme un quiz classique. Choisissant les réponses à 27 questions, parmi une liste de propositions reflétant les positions des présidentiables, chaque utilisateur dessinait son propre profil politique. En utilisant un système de pondération des propositions détaillé dans ce document, que nous avions conçu en décortiquant les programmes, nous étions alors en mesure de lui indiquer les candidats dont il était effectivement le plus proche.

Jusque là, rien de très nouveau. Mais nous avons implémenté dans cette structure connue plusieurs éléments de design rendant notre application plus expressive qu’un quiz classique :

      • L’utilisateur était invité à estimer, sur une échelle allant de une à cinq étoiles, l’importance qu’il accordait à chaque question dans le débat politique. Par cette « notation », il nous donnait une idée de ses priorités (en étant lui-même amené à y réfléchir). Ainsi, là où, habituellement, dans un quiz, chaque question « pèse » le même poids, ce principe nous permettait de fournir à chaque utilisateur une réponse plus fine, « sur-mesure ».
      • Les questions étaient regroupées en cinq grandes thématiques. Le quiz devenait ainsi un objet éditorial à part entière, permettant à Hélène Bekmezian, la journaliste du Monde.fr qui a rassemblé et sélectionné les propositions et éléments de programmes, de présenter aux utilisateurs une grille de lecture de la campagne plus structurée. Autre avantage : en ponctuant l’expérience de l’utilisateur d’un retour régulier (à la fin de chaque thématique, c’est à dire au bout de 5 questions, on vous indique les candidats desquels vous êtes proche sur ladite thématique), nous mettions en place une boucle de feedback favorisant son implication et l’encourageant à aller au bout du quiz.
      • Après avoir consulté ses propres résultats, l’utilisateur avait accès à une base de données statistiques indiquant la popularité du programme de chaque candidat auprès de l’ensemble des participants au quiz. Cette base était bien évidemment constituée de façon anonyme, mais elle étaient néanmoins triable par sexe et par tranche d’âge. L’utilisateur était donc libre de regarder quel candidat séduisait le plus les participants de 18-25 ans, quel était le score d’Eva Joly auprès des femmes de 60 ans et plus, etc. Dès lors, nous sortions notre application du rôle habituel du quiz (donner des informations sur soi-même) pour en faire un objet convoyant sa part d’information propre (comment les sensibilités politiques sont-elles réparties au sein de la communauté des lecteurs du Monde.fr ?)
Les statistiques
Les statistiques, triables par sexe, par tranche d’âge, et par thématique concernée.

Au bout de deux semaines d’existence du quiz en ligne, nous avions une base de données riche des participations de plus de 60 000 lecteurs. Et comme notre but était aussi de faire réfléchir les utilisateurs sur la perception qu’ils avaient des attentes de leurs concitoyens, nous avons utilisé cette base de données comme matière première à un newsgame.

Tout d’abord, nous nous sommes penchés sur l’importance accordée à chaque question par la communauté des lecteurs. Avec une note moyenne de 2,7/5, « Comment améliorer la situation socio-économique des départements et régions d’Outre-mer ? » était par exemple la question la moins prioritaire, au contraire de « Comment combattre le chômage ? » (4,2/5). Nous avons ainsi choisi 10 questions, deux pour chaque thématique, réparties tout au long de ce classement d’importance, de manière à composer une sorte de quiz « best of ». Les notes de ces questions ont ensuite été « étalées » entre 2 et 5 étoiles.

Nous avons ensuite associé à chaque réponse proposée le pourcentage d’assentiment qu’elle avait recueilli auprès des lecteurs du Monde.fr. Voici un exemple :

Comment faut-il réformer notre système électoral ?
Il faut introduire une dose de représentation proportionnelle, au moins pour les élections législatives 28,5 %
Il faut une représentation proportionnelle intégrale à toutes les élections 11,7 %
Les résidents étrangers doivent pouvoir voter, au moins pour les élections locales 27,9 %
Il faut que le vote soit obligatoire et que le vote blanc soit reconnu 31,9 %

En proposant aux utilisateurs de deviner ces données, nous voulions provoquer un changement de point de vue, les amener à prendre un peu de recul et à ne pas considérer l’élection à travers le prisme unique de leur sensibilité politique personnelle.

Nous leur avons donc soumis ce nouveau quiz de 10 questions, mais en leur demandant, cette fois, d’estimer l’importance que l’ensemble des lecteurs du Monde.fr avait porté à chaque question, et les réponses qui avaient séduit le plus de monde.

quiz3
La partie newsgame de « De quel programme… »

Il nous restait à mettre en place un système de score qui validerait les « qualités de politologue » des participants. Il a été établi comme suit :

  • Chaque question vaut 100 points : 25 points pour l’évaluation de l’importance de la question et 75 points pour la réponse choisie.
  • Pour l’évaluation de la question, le joueur obtient 25/25 s’il choisit la bonne note, 10/25 s’il choisit une note éloignée d’un cran de la bonne note, et 0 point sinon.
  •  Pour le choix de la réponse, le joueur obtient :
    – 75 pts s’il choisit la réponse la plus populaire
    – (pourcentage obtenu par la réponse choisie)/(pourcentage obtenu par la réponse la plus populaire)*75 pts s’il choisit une autre réponse.
  • Le score total est donc exprimé sur mille points max.

Evidemment, l’utilisateur ayant étudié avec attention les statistiques du quiz présentées ci-dessus pouvait avoir une bonne idée des programmes les plus populaires, et tenter de retrouver ceux-ci pour obtenir un score important.

Ce newsgame a fonctionné au-delà de nos espérances, donnant lieu à de très nombreux partages de scores sur les réseaux sociaux et amenant, en conséquence, de nouveaux utilisateurs à répondre aux 27 questions du quiz « classique ».

Au final, quiz et newsgame confondus, plus de 450000 questionnaires ont été complétés sur notre application en 4 semaines, un résultat très satisfaisant. Et si ce sont les propositions de François Hollande qui arrivent en tête, celles de Marine Le Pen sont renvoyées tout en bas du classement, devançant seulement celles de Jacques Cheminade. Un résultat en contradiction avec le bon résultat de la candidate du Front National à l’élection, qui laisse à penser, si toutefois les électeurs ont voté en fonction des programmes, qu’elle n’a pas récolté un grand nombre de voix parmi les lecteurs du Monde.fr.

L’autre élection

L’autre élection, c’est un projet un peu fou mené par la boite de production Progress in Work, son co-fondateur Igal Kohen en tête.


L’AUTRE ÉLECTION – Teaser – VF par Piw_Progress_In_Work

En cette année d’élections un peu partout dans le monde, France et Etats-Unis en tête, l’Autre élection propose de vous emmener à la découverte d’un pays (la Papouasie Nouvelle-Guinée) doté d’un système politique aux antipodes de ce que nous connaissons.

Le format ? Une série documentaire à épisodes, accompagnée d’un blog, mais aussi d’un newsgame, conçu par ThePixelHunt, qui vous fera, je l’espère, vous interroger sur la signification du mot « démocratie ».

En voici le pitch :

L’Autre Election, le Jeu titillera votre perception du processus démocratique et de ses défaillances dans des pays lointains aussi bien que dans le vôtre.

Vous commencerez par choisir le candidat que vous voudrez incarner : allez-vous concourir pour le pouvoir aux Etats-Unis, en France, en Russie, en Corée du Sud, au Sénégal ou en Papouasie Nouvelle Guinée ?

Vous commencerez ensuite votre campagne. Pendant un mois, vous devrez faire des choix difficiles. Allez-vous tenter d’acheter vos voix ? Organiser une campagne à la télévision pour écraser le parti d’opposition ? Changer la constitution pour éjecter l’un de vos adversaires ? Demander à votre spin-doctor de vous proposer un récit sur mesure à destination de l’électorat populaire ? Vous pourriez aussi essayer de la jouer fair-play et voir si vous parvenez à vos fins…

Vos choix auront une influence sur 4 jauges : popularité, fonds de campagne, légalité et morale. Le but du jeu est de suffisamment augmenter votre popularité pour être élu à la fin du mois. Mais si vous faites faillite, si vous êtes arrêté, ou si votre propre parti vous lâche, vous aurez perdu.

Evidemment, les règles du jeu changeront en fonction des pays. Certains choix seront plus appropriés dans certaines parties du monde ; d’autres n’auront pas ou peu d’impact sur vos concitoyens… Mais où que vous jouiez, vous devrez garder en tête une question essentielle, bien que cynique : “Quel est le plus court chemin vers le pouvoir ?”.

Vous pouvez en savoir plus sur ce projet, regarder le premier épisode, et aussi le soutenir sur le site de crowdfunding KissKissBankBank.